Scénarios climatiques

Evolution du climat dans la zone de coopération en 2035, 2060 et 2085

Scénarios climatiques pour l'Espace Mont-Blanc

L'élaboration des scénarios climatiques, avec prévision des tendances de température et précipitations à différents horizons temporels et définition des impacts potentiels sur l'environnement, représente l'action à la base des politiques et des stratégies d'atténuation et d'adaptation aux effets du changement climatique.

Grâce aux études effectuées par l'équipe scientifique du projet AdaPT Mont-Blanc, l'Espace Mont-Blanc s'est doté de scénarios climatiques spécifiques pour la zone de coopération avec des projections à l'horizon 2035, 2060 et 2085.

Vous trouverez ci-dessous un bref résumé des analyses effectuées. Pour plus d'informations, vous pouvez télécharger et consulter le rapport complet.

Changements observés

Dans l'Espace Mont-Blanc, les températures annuelles moyennes ont augmenté de +2 °C depuis la fin du XIX siècle. La hausse des températures a eu lieu surtout au printemps et en été, et l'augmentation est particulièrement marquée depuis la fin des années 1980. Aucune tendance significative n'a été observée dans le cumul des précipitations annuelles pendant le XX siècle, si ce n'est une légère augmentation des précipitations en hiver dans les Alpes du nord. La fréquence des journées caniculaires a augmenté de manière significative depuis la fin du XIX siècle, avec une hausse en intensité très marquée depuis le début des années 2000. Le risque des gelées tardives* au printemps a également augmenté de l'ordre de 30% depuis les années 1970.

Changements attendus d’ici 2050

Les tendances observées devraient s'accentuer. L'augmentation des températures annuelles se poursuit avec un réchauffement attendu d'entre +1 à +3 °C d'ici le milieu du XXI siècle, encore plus prononcé en été. Concernant les précipitations annuelles, l'incertitude des modèles reste forte. Néanmoins, les précipitations estivales devraient diminuer de -10 à -20% en 2050. La conjonction de températures plus élevées et de précipitations réduites pendant la période estivale entrainera des canicules plus fréquentes et intenses ainsi qu'un risque de sécheresse plus important. La fréquence des évènements de précipitations fortes (pluies torrentielles, tempêtes de neige) devrait également s'accroître. Enfin, il est probable qu'à 2500 m d'altitude, on passe de quatre mois dans l'année avec des températures inférieures à 0° C à seulement trois, voire deux dans un scénario pessimiste.

Impacts sur les milieux naturels

Les changements climatiques attendus au niveau des températures, des précipitations et des évènements extrêmes vont fortement modifier les milieux naturels de l'Espace Mont-Blanc à l'horizon 2050. L'enneigement dans les fonds de vallées et sur les versants sud jusqu'à 2000 m risque d'être réduit d'entre 4 à 5 semaines, et de 2 à 3 semaines à 2500 m d'altitude. Le recul des glaciers continuera à s'accélérer pendant les prochaines décennies : les glaciologues annoncent la disparition de 90% des glaciers suisses d'ici la fin du XXI siècle. Le réchauffement en cours continuera à dégrader le permafrost dans le massif du Mont-Blanc, ce qui se traduira par une déstabilisation des parois de haute montagne. En été et à l'automne, on peut s'attendre à un assèchement des sols y compris en moyenne montagne à cause du déficit hydrique. Le débit des cours d'eau risque d'être plus fort en hiver en lien avec une augmentation des précipitations sous forme de pluie, et au contraire plus faible en été à cause des précipitations réduites.

Pays du Mont-Blanc
Vallée de Chamonix
Région Autonome Vallée d'Aoste
Canton du Valais
Conseil Savoie Mont Blanc
République Française
Union Européenne
Alcotra
Repubblica Italiana
Confédération Suisse